Qu’ est ce que Bruselas Destreza?

Bruselas Destreza est avant tout une école d’ escrime historique. Elle s’ inscrit dans la lignée des Arts Martiaux Historiques Européens, ou AMHE (Historical European Martial Art, HEMA pour sa désignation Anglophone), avec une inspiration Espagnole et non pas Germanique comme c’ est l’ habitude de la pluspart des clubs sous nos latitudes.

La raison en est simple: notre professeur, maître d’ armes est Espagnol. Et, là il, existe une vraie filière de formation basée sur la tradition orale, allant de simple débutant à maître d’ armes, pour qui une formation spéciale est requise. L’ étude du maniement des armes blanches y est donc plus structurée.

Il y a quelques années, venu en Belgique pour des raisons professionnelles autres que l’ escrime, Juan Varea Lorente, Juan Lo Negre dans le milieu de la Reconstitution, s’ est attaché à créer, ici, à Bruxelles, une école de Destreza, dénomination de l’ école Espagnole d’ escrime historique. Commençant avec deux élèves, nous somme actuellement une vingtaine à suivre son enseignement, essentiellement dans les deux épées qui forment la base du maniement d’ armes: l’ épée longue, dite à deux mains, et la Rapière, qui est, pour ceux qui se posent la question de savoir ce dont il s’ agit, l’ épée qui était l’ arme personnelle des mousquetaires.

Cependant, nos activités ne s’ arrêtent pas à nos cours. Comme membres de la fédération AMHE Belge, nous essayons de participer à leurs activités. A cela il faut ajouter, ces dernières années, notre participation en tant qu’ école, aux marchés médiévaux d’ Etterbeek et de Forest.

En tant d’ école, parce que nous ne sommes pas exactement une compagnie de reconstitution médiévale. Certes, nous en manions les armes, mais notre but est différent. Le leur est d’ exceller dans le détail, d’ avoir des costumes et des campements aussi proches que possible de ce qui existait. Le nôtre est d’ exceller dans la pratique de l’ escrime. ce qui signifie que notre campement ne correspond pas exactement aux normes des compagnies de reconstitution. Nous avons des tentes identiques à celles des compagnies, mais la principale en est légèrement différente. Nous ne sommes pas nécessairement habillés comme « à l’ époque » puisque notre but essentiel est la pratique du combat. C’ est ce qui fait notre différence et notre force. Ajoutez à cela que nos démonstrations se font, non pas en armures, nous ne sommes pas des boites de conserves qui se tapent dessus, pour reprendre le mot d’ une personne rencontrée au cinquantenaire, mais des gens normaux, avec des protections bien moindre puisque composées uniquement d’ un gambison et d’ un masque d’ escrime. Je pense que cela nous rend plus proche des spectateurs, que cela rend cette pratique du combat plus accessible pour beaucoup.

Alors, pourquoi nous inviter sur un campement? Parce que, justement, nous avons la passion de notre art et du combat. Parce que, si nous pouvons monter notre propre lice, le spectacle sera assuré en quasi permanence. Parce que nous invitons les curieux à satisfaire leur curiosité en manipulant ces armes sous notre surveillance. Parce que nous proposons une initiation soit à l’ épée longue, soit à la Rapière, soit, pour les plus aventureux, aux deux. Finalement, parce que nous ne sommes pas un tableau vivant mais passif comme le sont beaucoup de compagnies, mais une sorte de théâtre participatif où les spectateurs font eux mêmes le spectacles en venant s’ amuser avec nous, en faisant ce que nous, nous faisons deux fois par semaine: retombre en enfance en jouant aux épées.